« octobre 2018 »
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
 
Tous les évènements de Physique à venir

Tous les évènements de Biologie / Chimie à venir

Tous les évènements à venir

Les évènements relevant de la Physique et de la Biologie / Chimie sont représentés en turquoise

Mesure ultra large bande de champs électromagnétiques par capteurs optiques non perturbatifs

Jeudi 25 octobre 2012 13:00 - Duree : 1 heure
Lieu : Salle M258 - LMGP / Grenoble INP - Phelma MINATEC - 3 Parvis Louis Néel - 38016 GRENOBLE

Orateur : Lionel DUVILLARET (IMEP-LAHC)

Les ondes électromagnétiques, omniprésentes dans notre environnement, font l’objet de polémiques. Depuis l’invention de la télégraphie sans fil par Marconi à la fin du XIXme siècle, la réception et la mesure des ondes électromagnétiques du VLF à la SHF (3 kHz → 30 GHz) s’est toujours faite au moyen d’antennes classiques, électriques ou magnétiques. De faible coût, d’excellente sensibilité, les antennes ont pourtant des inconvénients majeurs, leur taille liée à la longueur d’onde, une faible bande passante, et un fort niveau de perturbation induit. Ce sont des outils inadaptés quand il s’agit de mesurer les ondes électromagnétiques de façon non perturbative et, a fortiori, en champ proche, que ce soit en zone réactive ou en zone de Fresnel.

Une alternative aux antennes consiste en une mesure au moyen de capteurs optiques grâce à une première conversion électro-optique permettant de moduler les propriétés d’un faisceau laser sondant un cristal électro-optique. Une seconde conversion opto-électronique permet de retrouver un signal électrique, image du champ électromagnétique qui a modulé le faisceau laser. La réponse de tels capteurs est telle que l’on peut couvrir l’ensemble des gammes VLF à SHF avec un unique capteur de dimension millimétrique induisant une perturbation négligeable comparativement aux antennes. De plus, la sélectivité de ces capteurs est très supérieure à celles des antennes. Ils permettent notamment de mesurer simultanément plusieurs composantes du vecteur champ électrique. Malgré une dynamique de mesure exceptionnelle (> 100 dB), leur sensibilité reste encore très inférieure à celle des antennes, mais ceci pourrait évoluer dans les années à venir.

Lors de ce séminaire, les principes sur lesquels reposent ces capteurs seront présentés, puis les principales caractéristiques seront exposées et comparées à celles des antennes. Enfin, des perspectives seront données quant aux évolutions prévisibles sur les prochaines années.

Lionel Duvillaret, après avoir effectué sa thèse de doctorat à l’Université Paris-Sud au début des années 90, intègre le LAHC de l’Université de Savoie comme Maître de Conférences en 1994. En 2005, il rejoint l’IMEP comme Professeur et prend la responsabilité de l’un des trois départements du laboratoire suite à sa fusion avec le LAHC. En 2009, il créé la société Kapteos dans le domaine de l’instrumentation scientifique pour la mesure des ondes électromagnétiques au moyen de capteurs optiques, société basée sur Savoie Technolac. Lauréat de plusieurs prix, auteur de 7 brevets et de plus de 110 publications et conférences internationales, Lionel Duvillaret est un expert reconnu dans les domaines des ondes THz, des structures électromagnétiques et surtout, des mesures optiques d’ondes électromagnétiques.

Discipline évènement : (Physique)
Entité organisatrice : (IMEP/LAHC)
Nature évènement : (Séminaire)
Evènement répétitif : (Séminaire IMEP-LAHC)
Site de l'évènement : Site Minatec

Prévenir un ami par email

Télécharger dans mon agenda

Cafés sciences de Grenoble | UdPPC de Grenoble | Sauvons Le Climat | Cafe des sciences de Vizille
Accueil du site | Secretariat | Espace privé | Suivre la vie du site RSS 2.0 : Tous les evenements Suivre la vie du site RSS 2.0 : Evenements de Physique Suivre la vie du site RSS 2.0 : Evenements de Biologie & Chimie